Interviews : Shearwater (Genève, 14 juin 2009)

Rencontre avec le groupe américain Shearwater à l'occasion de leur unique date en Suisse, au BOA de Lucerne, le 4 novembre 2006. Jonathan (voix/banjo), Howard (guitare/claviers), Kim (basse) & Thor (batterie) reviennent sur leur première tournée européenne avec le groupe.
Comment s'est passée cette première tournée européenne avec Shearwater?
Jon:
Tout s'est vraiment bien passé, en deux semaines et demie nous avons joué chaque jour. Les gens appréciaient vraiment, contrairement à la tournée avec Okkervil River quelques années auparavant qui s'était très mal passée, avec très peu de public. Comparé à cette expérience, cette tournée avec Shearwater a été parfaite, je n'aurais pas pu espérer une meilleure première.
Quelle fût votre date favorite?
Jon:
Le concert de Paris à la Maroquinerie a été mémorable, on a eu une standing ovation pour la première fois de notre carrière.
Thor:
Les différentes dates aux Pays-Bas sont particulièrement riches en contacts. Là-bas tout le monde parle anglais, en France il y a une certaine barrière linguistique.
Voyez-vous de grosses différences entre tourner ici en Europe et aux Etats-Unis?
Jon:
Oui, on aime bien tourner aux Etats-Unis, mais c'est tellement grand, on peut passer de très longs moments sur la route, jusqu'à 20 heures d'affilée. Le public est fantastique dans des villes comme Austin, New Orleans ou New York ou Boston, mais dans le midwest, il y a moins de monde. En Europe, tous les publics sont enthousiastes, ils restent silencieux quand on joue. Ici les tournées se passent vraiment bien, il y a une grande hospitalité.
Thor:
ça s'est tout de même amélioré aux Etats-Unis ces dix dernières années, les clubs prennent plus soin des groupes maintenant.
Comment Shearwater a-t-il vu le jour?
Jon:
En fait, j'étais déjà dans un groupe avant Shearwater et Okkervil River. J'ai rencontré Will [chanteur d'Okkervil River], qui avait du temps à cette époque et nous avons enregistré quelques chansons ensemble. Avec le temps, Shearwater est devenu quelque chose de totalement à part.
Kim:
Jonathan, Will et moi sommes les membres originaux de Shearwater. On a enregistré notre deuxième album avec Thor, et pour le troisième, nous voulions que quelqu'un joue du steel guitar. Howard était dehors en train de tondre le gazon devant le studio, et Jon a dit "va chercher le gars qui tond la pelouse, il jouera cette partie". Et c'est ainsi qu'il est devenu membre du groupe.
Y a-t-il un concept derrière Palo Santo, une idée directrice?
Jon:
Personnellement, en travaillant sur cet album j'ai structuré les chansons autour de la vie de Nico, ce qui ne transparaît pas forcément à l'écoute du cd. "La dame et la Licorne" est le nom d'une tapisserie du musée du Moyen-Âge de Paris. J'étais en train d'écrire une chanson quand j'ai vu cette image en Géorgie, ça rejoignait l'idée que j'avais de Nico, une personne qui dégageait une force et une détresse impressionnantes. J'ai essayé de m'imaginer dans quel état d'esprit elle était, lorsqu'elle a est morte à Ibiza, suite à une attaque en faisant du vélo..
Il est peut-être trop tôt pour le demander, mais travaillez-vous déjà sur le successeur de Palo Santo?
Jon:
Oui, nous sortirons en nouvel album en 2007 sur un autre label, nous avons déjà enregistré environ cinq chansons.
Qui écrit les chansons? Ya-t-il une part autobiographique?
Kim:
Jonathan écrit les paroles, nous écrivons nos propres parties. Après, si nous avons des idées nous pouvons toujours les intégrer au reste.
Jon:
Il n'y a pas vraiment de part autobiographique, je n'ai pas envie d'écrire des chansons sur ma vie.
Quels sont les groupes qui vous ont le plus influencé?
Jon:
The Swans
Kim:
Talk Talk
Howard:
Pas mal de musique éthiopienne. Fela Kuti. Moi et Jonathan aimons beaucoup Pink Floyd.
Jon:
Un soir en tournée avec Kim nous avons fait une "Pink Floyd Tribute Night" avec quelques reprises...
Kim:
Je crois que c'était l'accomplissement d'un rêve d'ado pour Jonathan!
Qu'en est-il des groupes actuels, avez-vous fait des découvertes cette année?
Howard:
Je pense que personne ne le connaît, mais il y a Frank Fuzz. Je l'ai vu en concert lors d'une tournée aux Etats-Unis, il devait y avoir 4 ou 5 personnes dans la salle, il n'a joué que dix minutes. Il jouait de la guitare et de l'harmonica, et en simultané sur une télévision derrière lui, on le voyait en train de jouer un autre instrument en même temps.
Jon:
On aime aussi beaucoup le groupe Minus, du Kansas.
Howard:
Il y a aussi cette Française qui s'appelle Colleen.
Kim:
J'ai aussi un faible pour la musique d'Andrew Bird.

Autres interviews:

And also the Trees
Black Heart Procession
Cyann and Ben
Disown
Early Day Miners
The Jesus Lizard
Marissa Nadler
Magic Rays
Shearwater
Sigurd
Stars of the Lid
Tindersticks
Rokia Traoré
Water Lily
Woven Hand