Notorious B.I.G. (The) > Duets : The Final Chapter

Duets : The Final Chapter
12.2005
Notation
Hip Hop   

Sean Combs (alias Puff Daddy ou P.Diddy) doit beaucoup à Notorious Big. C’est lorsqu’il travaillait chez Uptown Records que le jeune Sean fait la connaissance de Biggie dont il reconnaît tout de suite le talent. Mais peu après, il est viré de sa maison de disque et doit repartir de zéro - Bad Boy Records était né, Notorious Big enregistrait Ready to Die en 1994 et faisait de P. Diddy un homme riche. Plusieurs dizaines de millions de disques plus tard, The Notorious BIG est assassiné, et Duets et le deuxième disque à sortir depuis sa mort, après le médiocre Born Again à Noël 1999, qui au moins proposait du nouveau matériel, contrairement à ce disque. Ce faussement nommé Duets (car cet album n’est pas un disque de Notorious Big, il n’en a que le nom) est peut-être le summum du cynisme et du mercantilisme. Sorti le 20 décembre, il ne comporte quasiment pas de nouveau matériel attribuable à Biggie, excepté quelques vieilles démos, deux trois « uh huh » ou autres « Yeah » disséminés sur les interminables 22 titres de cet album entièrement remplis par des guests stars.

La production est médiocre et les rythmes sont loin d’être à la hauteur. La liste des invités est inversement proportionnelle au contenu original, et très peu d’entre eux ont quoi que ce soit à faire sur un album de Notorious Big: Jay-Z, Mary J Blige, Nas, Eminem, Korn ( !), Nelly ( !!), etc. On a même droit à quelques invités morts comme Bob Marley, 2Pac et Big Pun ! C’est un véritable foutoir assemblé pèle-mêle sur lequel on a mis le nom du célèbre rappeur mort pour se faire du fric. Le mauvais goût atteint ici des sommets rarement égalés, la pochette ne faisant pas exception à la règle et résumant parfaitement l’esprit de ce soi-disant « album hommage » : une basse utilisation de l’image de Notorious Big à des fins mercantiles. Espérons qu’après cet ultime affront à la mémoire de Biggie, le peu scrupuleux P. Diddy le laisse reposer en paix et trouve une autre vache à lait...

- JP, le 28 12 2005

Ractions

par Jérôme, le 4/12/2006
Excellente chronique d'un disque ignoble, honte sur Puff Daddy et ses sbires qui ont enfanté un disque qu'on aurait préféré voir mort-né! Puff ou quel que soit ton nom actuel, tes enfants seront bannis jusqu'à la 32ème génération pour cette horreur!