Cinematic Orchestra > Ma Fleur

Ma Fleur
5.2007
Notation
Electro   Electro Jazz

La saison estivale, avec son lot de festivals et donc ses foules, ce peuple prêt à encenser n’importe quel artiste hype du moment «to feel the warm thrill of confusion, that space cadet glow» (Pink Floyd The Wall, «In the Flesh?»), peut parfois porter à douter de la sensibilité fondamentalement musicale des masses. L’esprit «critique» (ouh, le vilain mot!) parti aux oubliettes le temps de quelques semaines surchauffées (sauf pour descendre… les critiques, comme toujours, qui ont au moins le courage de s’exposer sous le feu de vos réactions encore plus agressives qu’un soleil au zénith…), il est moins fatigant, moins suspect, de rentrer dans l’unisson, tout en bougeant son cul.

Pardon pour cette longue digression introductive. Vous ne voyez pas le rapport avec Ma Fleur, le quatrième album (sans compter les EP’s et les remixes) du toujours excellent Cinematic Orchestra? Eh bien, justement en ce moment, cet opus peut faire un bien fou. Loin des éruptions trop juvéniles, il offre un espace-détente capable de vous purifier de fond en comble, de mener à la contemplation et de – ô joie suprême! – vous faire sentir agréablement à contre-courant.

Car malgré un titre bucolique et sa date de sortie printanière, la musique qui parcourt ce disque va très certainement être sublimée par la tombée des feuilles mortes… Une musique qui peut à ce point vous arracher à l’air ambiant est forcément à part. Elle ne donne pas envie de se contenter de l’habituel alignement descriptif et plus ou moins objectif, tant pis pour la rigueur de la chronique…

Ma Fleur sent bon. Son effluve caresse les tympans avec douceur. Le groupe évolue et convoque des voix aériennes et prenantes (celles de Patrick Watson, Fontella Bass et Lou Rhodes, la chanteuse de Lamb). Il nous invite à un voyage intemporel qui louvoie entre jazz, bien sûr, boucles samplées (travaillées avec une maîtrise et une classe sans équivoque) ou chansons intimistes au piano; un son mouvant, cinématographique et perfectionniste. On gravite dans les mêmes limbes que le dernier Ez3kiel. On flotte loin de l’eau. On est parti… et l'on se demande où diable nous à mené cette chronique! Merci, le Cinematic Orchestra, pour avoir su transmettre une fréquence si fertile en inspiration divagante.

[Des titres en écoute sur leur espace]


- yak, le 20 07 2007

Ractions

par Lara, le 31/08/2007
Au risque de paraître novice des Cinematic Orchestra, j'aimerais savoir si leur partitions sont un sujet tabou ou non. Celle de "To build a home" est introuvable aussi bien sur internet que chez un spécialiste, ça en est sincèrement désespérant.

En ce qui concerne le débat commercial/pas commercial, je n'en sais rien. J'ai découvert l'album "Ma Fleur" que je savoure mais je pense ne pas tarder à pencher du côté "Everyday" puisqu'il a l'air d'être mieux. Pour les fans de lancinant, je conseille notamment EZ3kiel, c'est ma merveille.
par pat, le 25/07/2007
Ne connaissant pas le reste de l'oeuvre du groupe je me contente de cette magnifique FLEUR au parfum d'electro jazz avec un soupçon d'Antony sans les Johnsons. En écoutant ce disque la première fois j'ai senti vibrer cette contrebasse qui apporte une chaleur à ces morceaux qui se suivent et se ressemblent, tout comme une oeuvre de Philip Glass; sans jamais lasser. Bref j'adore ce disque et c'est surtout pas Massive Attack qui me fera changer d'avis. Vivment le 12.10.07 au Rockin Chair de Vevey!
par yak, le 23/07/2007
Beuh...
Personnellement, je ne trouve pas du tout ce disque simple (ou alors, du coup, tout ce qui se fait en 4/4 est carrément insignifiant!), mais plutôt épuré. Si l'on peut faire, en effet, un rapprochement avec ce qui se fait de pas trop mal en ce moment, je ne vois pas ça comme une influence explicite, mais simplement comme une continuité logique - et maîtrisée - de l'évolution du groupe. Et désolé, le Sto, mais je ne vois absolument aucun lien avec Massive Attack (pas du tout la même "vibe"...) Et la comparaison avec Chris Martin est carrément insultante. Bon... si ça, c'est "commercial", je vais m'empresser de me procurer tous les albums de Britney Spears, ou même de Diam's!
par Le Sto, le 23/07/2007
Oui bon, je dois avouer que je suis un peu de l'avis de KlerG. Certes la simplicité est de mise, mais je la trouve un peu anecdotique. Une touche d'Eric Satie, un soupçon de Massive Attack, un peu de Yann Tiersen et de Chris Martin (p.ex : "To Build a Home"). Un album relaxant, surfant un peu sur ce retour soft-jazzy, agréable mais malgré tout un peu au point mort.
par KlerG, le 20/07/2007
En tant que nostalgique de Every Day, je dois avouer avoir été un peu déçu de ce disque que j'ai trouvé un peu lointain, un peu moins passionnant, un peu simple. Mais c'est peut-être cette simplicité qui est magnifique. Bref, je suis un peu dubitatif à l'heure actuelle...
par Sam, le 20/07/2007
Le titre "To Build A Home" lorgne méchament du côté tendance de Anthony And The Johnsons, ce qui n'est pas moche en soit, mais qui apporte à l'ensemble du disque un aspect plus "commercial" (mince je l'ai dit!). Attention Cinematic Orchestra! Ne tombez pas dans le piège!
Sinon très bon album