Blut Aus Nord > MoRT

MoRT
10.2006
Notation
Rock   Electro   Ambient

Vu d’ici, je doute que vous vous en soyez aperçu, mais sachez que Blut Aus Nord, au même titre que Sunn O))) par exemple, suscite de sacrées controverses depuis quelques années dans les sphères ultra cloisonnées du metal extrême, en raison notamment d’un discours provocateur à la philosophie ostensiblement pédante et broussailleuse. Croyez-moi, l’intelligentsia du milieu se divise très nettement entre ceux qui crient au génie et ceux qui crient « branlette ». De cryogénie, il en sera d’ailleurs question (j’ai un peu honte de celle-ci, je le confesse), pour peu que vous vous aventuriez dans les territoires sauvages que défrichent tant bien que mal nos extrémistes.

A grand renfort de dissonance, de silence lourds de sous-entendus, de grincements et bruitages post-industriels en tout genre, de voix dénaturées à l’extrême, BAN crée un paysage de désolation au relief fluctuant. On pense à Godflesh et aux Swans, à Emperor, à Sunn O))) (tiens donc ?) pour ce qui est des références métalliques, mais aussi aux pionniers les plus sinistres de l’indus, Throbbing Gristle, Laibach, Einstürz ou plus tardifs Skinny Puppy, ainsi que différentes bizarreries électroniques, particulièrement l’album Ghost de Third Eye Foundation. Toutes ces références ne donnent pas lieu à un amalgame douteux comme c’est souvent le cas, mais bien à un univers pour ainsi dire vierge, à des perspectives sonores inouïes.

Rarement on aura passé heure plus inconfortable que sur ce disque à l’écoute duquel on est contraint de naviguer à vue. Le sentiment que rien ne se passe risque de prime abord d’engendrer une certaine lassitude, mais quelques écoutes rendront évident que c’est au niveau subliminal que se passent les choses, à savoir sentiment de malaise indescriptible, incapacité à catégoriser la musique qui nous parvient et de manière générale, incompréhension complète des tenants et aboutissants de la chose.

Après un EP vaguement mitigé car peu abouti, Blut Aus Nord nous offre une œuvre inexhaustible et définitive qui n’a pas fini de faire parler d’elle. Transcendant les genres, les Français délivrent un album radicalement tortueux sans se laisser aller au moindre débordement de décibels. Seulement une très grande maîtrise du son et une étrangeté terrifiante, qui risquent bien de laisser sur le carreau tant les anciens amateurs du groupe que les curieux dont vous ferez sans doute partie. Insoutenable mais essentiel.


- lina b. doll, le 1 12 2006

Ractions

par lina, le 20/02/2007
mmm oui enfin pour conclure, je précise que JE trouve ce disque dérangeant, et que vraiment, ça me pose un problème de ne pas comprendre ce que ces mecs essaient de faire. Le fait que j'en redemande, ça s'appelle de la fascination morbide, le truc qui fait que les gens se massent autour d'un piéton qui vient de se faire shooter par un bus pour être sûr que le type est vraiment raide...
par jb, le 15/02/2007
C'est vrai que c'est juste une histoire de mots.
Je pense que quand tu dis "dérangeant" cela veut dire dérangeant pour la majorité des gens, et que, du fait de la perversion (oui, perversion) de ton (nos) esprit, cela est alors agréable pour toi (nous; enfin agréable c'est peut etre beaucoup dire...).
Bref, disons que selon moi: dérangeant/malaise et cie, est forcément associé à un rejet. Voilà, sur ce...
par lina, le 15/02/2007
Tes propos sont pour le moins singuliers, je dois dire... enfin tout ce que je peux te rétorquer c'est que personnellement, le malaise est ce que je recherche le plus avidement en matière de musique, et que c'est ce qui manque à 99% des disques qui sortent de ce bousier qu'est le metal extrême (puisque que c'est tout de même de cette scène que l'on parle)... après, tu peux remplacer "malaise" par "tension", "dissonance", "destructuration" ou ce que tu veux, on s'en fout... Le fait est que je trouve cette musique dérangeante, et que c'est pour ça que je l'aime, et je refuse catégoriquement de lire quelque chose comme "on ne peut pas aimer ce qui est dérangeant"... c'est une négation de l'art qui ne me plaît pas du tout. Et moi aussi je jouis à l'écoute de BAN ou quand je suis attaché au radiateur et qu'on me fouette la plante des pieds avec des orties... tu vois où je veux en venir...
par jb, le 9/02/2007
Mais pourquoi "malaise" "incomfortable" et je ne sais quoi d'autre encore? pourquoi on qualifie toujours cette musique ainsi? convenu?
Merde, BAN moi ça me fait plutot jouir de plaisir, comment pourrait-on apprécier de la musique qui plongerait dans le malaise?
BAN c'est une ambiance qui est qualifiée d'effrayante/malsaine/glauque/etc parce que les gens regardent trop de films, ils croient juste de dire que c'est dérangeant, alors qu'ils apprécient.
En fait c'est surtout l'originalité et la finesse des compositions qui en font de la musique intéressante, indépendamment de l'ambiance que ça peut évoquer.