Nine Inch Nails > The Downward Spiral

The Downward Spiral
3.1994
Notation
Rock   Metal   Electro Rock

Et vlan ! Voilà un de ces disques qui fait péter les barrières, qui explose les limites fixées par un genre ; allant même jusqu’à poser la question ultime de la légitimité du genre. Nine Inch Nails (Trent Reznor donc ici!) réalise avec ce disque l'album parfait de destruction massive en repoussant encore un petit peu le glauque, la torture, le violent et, allons-y, la fornication. The Downward Spiral est quelque part le penchant métallique d’Absence de Dälek.

On est en présence d’une foutoir électro-métal parfaitement orchestré, (presque) totalement maîtrisé. Tout est dans ce disque qui oscille constamment entre ultra violence malsaine ("Mr Self Destruct" ; "Big Man with A Gun" ; "I Do Not Want This") et pures envolées atmosphériques qui, sous des airs de légèreté absolue, sont plombées de noirceur divine ("A Warm Place", la douleur de "The Downward Spiral"). Cet album est un exemple de ce qu'un génie glacial peut faire, de ce que seul un cerveau très dérangé est en mesure de créer.

The Downward Spiral est une sorte de Frankenstein psychotique et meurtrier qui agit sous acide. La souffrance au bout cet enfer s'exhorte avec "Hurt", morceau aride, plaie ouverte, gémie par un Reznor qui vient de se couper les veines et qui attend la délivrance finale et abrupte. Véritable chef d'Œuvre duquel se dégage un mal profond et des pulsions d'une mort violente et déchirée.


- le sto, le 29 09 2006

Ractions

par Lina, le 8/03/2007
Ce qui aurait été ado, c'eut été de dire "ouah trop top cool cet album youpie tralala" alors que je n'en pense pas un traître mot. Quant à parler de crédibilité et de talent, je ne crois pas m'être avancé sur ce terrain. "Surfait" ne signifie pas "dénué de talent" ni "authentique faussaire". J'aime bien cet album, sans plus (je préfère de loin Pretty Hate Machine et Broken), je ne pense simplement pas que ce soit la bombe ultra-violente à manipuler du bout des doigts dont j'entends un peu trop souvent parler à son sujet. C'est pas grave, mais avant de traiter les gens d'ado, ce serait bien de ne pas se laisser envahir par ses propres clichés. Certaines critiques sont fondées, même si c'est sur la subjectivité du sujet, en l'occurence moi. Si je réagissais à cette chronique, c'était uniquement à cause de la comparaison qui me paraissait discutable, rien d'autre... D'ailleurs depuis j'ai compris ce qui me taraudait, c'est que NIN a un côté exubérant dans sa démence, là où Dälek est clairement psychorigide...
par Stefan, le 7/03/2007
Ouaih clair! Un disque mythique! Rien à redire.

À Lina:

C'est très casse-couille cette idée "alternativo-punko-hippie" à la con qui veut que lorsqu'un disque ou un artiste connaît le succès, il perd sa crédibilité et son talent.
Très ado comme façon de penser...
par The Jack, le 29/11/2006
Un disque d'une violence hors du commun ! Plus morbide, malsain, glauque, froid et sombre, tu meurs ! Un disque qui met vraiment très mal à l'aise et mal dans sa peau. Déressifs, s'abstenir !
par lina, le 12/10/2006
c'est pas une question agro-alimentaire, c'est une question rhétorique... (entre nous je pense que NIN arrive à peu près au 1246ème rang des groupes que je classerais comme sombre, mais là n'est pas la question non plus)
par Le Sto, le 12/10/2006
Alors dis-moi quelle est la Migros-Data maximum pour comparer les albums?? La comparaison m'est venue par la représentation sombre, novatrice et un peu barrée de ces deux albums. Après qu'ils vendent beaucoup ou pas est une autre affaire. De plus NIN ne vendait pas tant que ça en 1994!
Downward Spiral n'est pas du tout surfait à mon goût. Pour With Teeth je suis d'accord. Mais on parle ici d'un disque, pas de l'oeuvre complète d'un groupe.

NIN hyper bonnard?? Je vais demander à mon père ce qu'il en pense...
par Lina, le 5/10/2006
mmm la comparaison avec Dälek n'est pas très adéquate je pense, d'abord parce que les deux disques sont sortis à 10 ans d'intervalle, ensuite parce que les retombées d'un album comme the downward spiral en ont fait un album pop, barré certes, mais pop en terme de ventes et de reconnaissance, alors que Dälek continue de patauger sans la moindre reconnaissance, mais c'est une autre histoire... dernièrement, je trouve dälek plus proche niveau feeling de groupes plus lancinants, comme godflesh, skinny puppy ou sielwolf... Enfin tout ça pour dire que NIN est un groupe que je trouve très surfait dès qu'on l'érige en étalon du metal indus... Un groupe de rock hyper bonnard oui, mais un extrêmiste en peau de lapin plus provocateur que novateur...
par pat, le 29/09/2006
bravo pour ta chronique. sans doute le meilleur album de NIN