Gonzalez, José > Veneer

Veneer
4.2005
Notation
Rock   Folk

Difficile de mettre des mots sur un tel album, s’en tenir aux faits c’est dire qu’il s’agit d’un homme chantant accompagné de sa seule guitare sèche, 11 morceaux très courts et une qualité d’écriture peu commune. Dire que "Veneer" est intimiste, c’est le définir en un mot. La voix de José Gonzalez a un timbre unique, et son jeu de guitare est le résultat de toutes ses influences, puisant dans le classique, le flamenco, la bossa nova et bien sûr le folk. Forcément subjective, l’expérience "Veneer" donne des frissons, les intonations de la voix de José Gonzalez touchent une multitude de cordes sensibles, la puissance évocatrice de son jeu de guitare si particulier également. La variation, l’alternance entre notes frappées et légères, les changements de rythme d’un morceau à l’autre, tout cela rappelle parfois la virtuosité du grand Nick Drake, même s’il faut insister sur l’originalité de cet album. Ce n’est de loin pas un nouvel artiste folk de plus nous resservant les bonnes vieilles recettes du passé à la mode du jour.

"Veneer" est un album qui revisite le mythe de l’homme seul et de sa guitare, d’une manière totalement épurée, et qui démontre de façon éclatante ce qu’il est possible de faire en chantant accompagné de ce seul instrument. Seuls quelques rythmes frappés sur le côté de sa guitare les accompagnent, si l’on excepte les quelques secondes de trompette à la fin de l’album. L’émotion dégagée par cette musique est bien aidée par de grandes qualités de songwriting - certains morceaux étant composés d’un très petit nombre de mots répétés, à l’image de "Lovestain" ("You left a lovestain on my heart / And you left a bloodstain on the floor / But blood comes off easily"). Démonstration impressionante qui a valu à ce dernier une grande popularité dans son pays natal, la Suède, et qui nous fait regretter qu’un tel nectar ne dure qu’une petite demi-heure...à déguster dans un endroit calme, en ne faisant rien d’autre.

- JP, le 22 06 2005

Ractions

par Runeii, le 11/04/2006
Définitivement un classique du folk moderne. C'est fou ce que ce surdoué dela six cordes peut tirer comme sonorités, rythmiques, intensité, ... d'une simple guitare acoustique. Et le gars ne tombe jamais dans l'excès, bien au contraire, sa démarche a quelque chose de très humble. Parfait, tout comme son projet "en groupe", Junip.