Versari > Jour après jour

Jour après jour
1.2007
Notation
Francophone   Rock

Quatre longues années après la séparation de l’entité Hurleurs et sa mue surprenante (Blottie en 2002), Jean-Charles Versari remonte un trio d’une sombre élégance avec Cyril Bilbeaud (ex-Sloy) et Jason Glasser (leader de Fruitkey) bien décidé à marier la chanson française à texte aux horizons musicaux du rock indépendant, servi noir de préférence. Semi-surprise, on retrouve le même producteur, soit Ian Caple (Tindersticks), aux commandes. Alors : redite ou valeur sûre ?

Les fans de la tension désespérée du dernier opus en seront peut-être contrariés, mais Versari amène cette fois-ci davantage de contrastes et de relâchement à ses onze titres. Ainsi "Shine", lente progression du voyageur fatigué vers des cieux étoilés, où Jean-Charles pulvérise ses propres limites d’octaves au long de six très belles minutes. La magie des premiers instants du réveil (cuivre et choeurs pop sixties avec Joseph D'Anvers sur "les amours quotidiens") contrastera avec le plus hanté des sommeils ("Dans un rêve / dans un cauchemar") : retour en territoire connu où les guitares n’hésitent pas à lâcher leur quota de magma brûlant au détour d’une lente rythmique reptilienne.

Bon point, les vocaux souvent semi-désabusés de Jean-Charles évitent le registre crooner à la Stuart Staples, et restent confortablement posés, reflétés parfois par leur miroir au féminin ("les silhouettes" avec Céline Bary). Cette facilité des sons et des mots permet à Jour après jour de garder sa cohérence d’ensemble. Car en fin de course, les jeux de pistes sont moins convaincus, que ce soit en contexte post-stoogien ("blunt") ou dans le chapitre des hommages (reprise honorable sans plus d’"Atmosphere" de Joy Division).

Premier album attendu ouvrant des perspectives, croisant le fer avec le rock noisy, la new-wave et la poésie des mots : c’est bien avec une indiscutable finesse que Jour après jour allie maturité et créativité. Tout simplement classe.

[Quatre titres de l'album sont en écoute ici]

- runeii, le 1 05 2007

Ractions

par KlerG, le 2/05/2007
Très beau disque, calme, sobre, chaud, un grand moment de chanson francophone. Et cette voix, qui nous habite encore après la fin du disque.
Reste une question en suspens : comment peut on faire un si beau disque et arborer une pochette aussi atroce?

Voir aussi:

Pauly, Adrienne
-