Tunng > Comments of the Inner Chorus

Comments of the Inner Chorus
5.2006
Notation
Electro   Folk

Electronica corrompue par le folklore ou folk-rock séquencé ? Tout simplement folktronica. Terme malheureux, à l’esthétique douteuse, mais qui ne convient pour finir pas si mal à la musique de ce groupe londonien : quelque part entre Four Tet, The Books et la pastorale tranquillité post-futuriste de troubadours inspirés.

Tunng (dont Mike Lindsay et Sam Genders sont les têtes chercheuses) est du style à dispenser ses artifices avec parcimonie ; la machine reste au service de l’âme et ne la fragmente pas. Le flux vital coule sans forcer, en totale liberté. Entier par humilité, l’humain reste ici aux avant-postes dans l’assemblage subtil du patchwork hertzien, futur ornement contemplatif (le titre introductif «Hanged»). De toute évidence, rien n’est laissé au hasard ; qu’ils s’agissent de beats’n’bleeps croustillants, d’arpèges au velouté jouissif ou bien d’un mantra chuchoté dans le creux de l’oreille (sur «Woodcat», où des voix savoureuses annoncent la couleur : «and we’re in for a lovely time»), la maîtrise du groupe force le respect.

Les premières écoutes sont agréables, sécurisantes même, et rien ne pourrait venir troubler l’harmonie et la paix qui s’établit petit à petit en nous. Caractère organique et grouillant du quadrillage numérique ; groove intimiste à la Beta Band («The Wind Up Bird») – chaque titre a ici sa place. Il y a juste certaines harmonies vocales, connotées un peu trop «enfants de chœur» (du genre Simon and Garfunkel, par exemple sur «Jenny Again»), qui compromettent l’ensemble. Mais s’il y a un chœur, il se veut introspectif et se love dans d’innombrables trouvailles sonores. Comme toute réelle bonne chose, on se délectera de cette œuvre encore davantage avec le temps, on est prêt à le parier.


- yak, le 17 12 2006

Ractions

par Itawa, le 20/12/2006
Moi je verrais ça plutot entre The Notwist et les derniers Hood. C'est une electronica-folk sympathique, mais je suis loin de ton enthousiasme. Parlons-nous de têtes chercheuses ou de bons musicos faisant une zic raffinée? Je penche plutôt vers la deuxième solution.