Gnarls Barkley > St. Elsewhere

St. Elsewhere
5.2006
Notation
Hip Hop   Electro   Breakbeat

Gnarls Barkley est sur toutes les lèvres, depuis la sortie de St. Elsewhere, dont chacun à déjà pu entendre le titre phare, "Crazy". Or s'en tenir à ce simple morceau pour avoir une idée de l'album constitue une grossière erreur. En effet cette dernière, bien que très réussie et véritablement sublimée par la voix de Cee-Lo, n'est pas forcément représentative du disque dans son ensemble.

En réalité, St. Elsewhere s'avère bien plus fou et bien plus psyché, que ce que "Crazy" pouvait nous laisser penser. Certes les influences soul, gospel, sont présentes et apportent beaucoup de classe à cet album, toutefois, les deux énergumènes de Gnarls Barkley s'approprient avec beaucoup de liberté les bases musicales du 20ème siècle. Ainsi, pour soutenir la voix majestueuse de Cee-Lo (qui n'est pas sans rappeler celle d'Antony), les beats endiablés ou hallucinés de Danger Mouse (réalisateur du dernier Gorillaz) se font une place de choix et apportent une très nette graine de démence à cet album. Quelques photos du duo finiront d'ailleurs de nous convaincre, que ces excellents musiciens se prennent bel et bien pour des clowns.

Sexy, mélodique, déjanté, St Elsewhere se révèle absolument inclassable. Une seule chose est sûre, c'est que le duo ose des associations surprenantes comme la reprise de "Gone Daddy Gone", composée en 82 par Violent Femmes. Gnarls affiche donc une certaine audace, à tel point parfois, que l'album en devient malheureusement un peu indigeste. Notamment, les rythmes biscornus de Danger Mouse, pourraient bien finir par nous taper sur le système.

Reste que St Elsewhere recèle quelques très bons morceaux parmi lesquels "Just a Tought" qui vaut bien "Crazy". Alors si vous êtes adeptes du "je prends que ce qui me plaît", rendez-vous sur i-tunes music-store, pour faire une fois encore exploser les records, détenus par…
…Gnarls Barkley bien-sûr !


- sai real, le 5 07 2006

Ractions

par Sara, le 20/07/2007
Ouais l'album est pas mal, beau mix d'influences bien orchestrées et tout et tout... Mais tous les discours deviennent vains durant la première minute de "Crazy". Là c'est le corps, les sens qui parlent, on ne peut pas résonner un rythme tel que celui-ci, il n'y a rien à faire, on est coincé. Une minute, c'est tout et ça fait tout!