Dominique A > L'Horizon

L'Horizon
3.2006
Notation
Rock   Francophone

Le champagne est au frais depuis…cinq longues années maintenant, soit Auguri sorti en 2001. Et depuis on (dés)espère que Dominique A retrouve sa flamme créatrice. Le semi-échec du surproduit Tout sera comme avant nous fait craindre que l’électron libre majeur de la chanson ne s’enfonce encore davantage dans le tiède.

Le réveil est Dieu merci immédiat : L’horizon revient aux origines, soit le talent de songwriting du grand «A» dans un écrin musical qui lui rende justice. Entre chanson, mélodies finement ciselées et guitares incandescentes («L’horizon», une ouverture sauvage et débridée) ce 7ème album s’offre à nous d’une manière à la fois brutale et douce. Le nantais a repris la direction suivie dans ses œuvres originelles : un minimum de moyens pour un maximum d’effets. Peu de peaufinage en studio donc et une prise directe pour un son live. L’atmosphère générale évoque la côte atlantique, les dunes parées de teintes nocturnes derrière lesquelles sommeille la ville, enroulée sur elle-même.

Les textes offrent comme toujours des regards croisés sur la nature humaine : ici la rencontre entre la rudesse des éléments et les tourments intérieurs, là une mémoire pétrie de douceur et d’amertume (le magnifique «Music-Hall», l’enfance de la «Rue des Marais»). Certaines chansons surprennent par leur simplicité («Dans un camion» et ses airs de single un peu facile). On constate que le timbre de «A» a pris en épaisseur et qu’il se fait aussi émouvant.

Album de contrastes à l’instrumentation précise (irruptions bienvenues de clarinette, de wurlitzer ou de mandoline), sentant bon le perfectionnisme et l’intransigeance, L’horizon s’avère riche tant sur le plan des instrumentations que des textes. Il ne franchit pas de territoires entièrement vierges (comme le fit Auguri) mais s’avère d’un très bon niveau. Faites donc péter le champ’, car on tient un grand «A» et ça n’était pas gagné d’avance.



- runeii, le 1 04 2006

Ractions

par Jean-B., le 12/04/2006
Effectivement auguri était plus intéressant. Je trouve que cet album est assez monotone, que la guitare sèche est assez pesante et que certains morceaux trainent en longueur. Pour moi ce n'est donc pas un retour de la falmme créatrice mais plutot un album très correct dans le paysage de la chanson française actuelle.

Voir aussi:

Arpenteur
s/t