Genesis > Platinium Collection

Platinium Collection
2004
Notation
Rock   Pop   Prog Rock

Un best of de Genesis mérite-t-il en soi une chronique, ce d’autant qu’il n’est pas le premier et qu’il est sorti pil-poil pour les fêtes de fin d’année ? Non !

Seulement, nous avons à faire ici à un triple album (à un prix raisonnable, faut pas déconner) qui, une fois n’est pas coutume, passe en revue toutes les périodes du groupe. Bon, nous avons là un produit marketing ne l'oublions pas et par conséquent on commence par ce qui vend le plus, à savoir la terrible période avec Phil Collins aux vocales.

CD 1 : les gros hits FM pénibles que sont « I Can’t Dance », « Invisible Touch », « Mama » et les slows assez facile mais jolis « Hold on my Heart » ou « In Too Deep ». Ça sonne bien eighties tout ça, et par conséquent un peu daté (au sens péjoratif du terme). Une seule chanson avec le nouveau chanteur Ray Wilson (qui n’a fait qu’un album, le dernier en 1997) « Calling All Stations ». Bref, passons…

CD 2 : ça s’améliore un peu, Steve Hackett était encore dans le groupe (du moins jusqu’au sympathique « In That Quiet Earth ») et les morceaux sont dans l’ensemble plus intéressants (même si faut pas trop trop s’emballer). C’est moins fait à la va-vite et surtout moins gros hits FM qui, à moins d’être dans une soirée spéciale et bien imbibé, doivent être brûlés sur l’autel du bon goût, rappelons-le ! C’est particulièrement sur « Afterglow », « A Trick of the Tail » et « Los Endos » que l’on va se diriger, les guitares apportent quelque chose et il y a quelques belle envolées de claviers qui valent réellement le détour.

CD 3 : c’est là que l’on veut vous emmener ami lecteur/auditeur. Bien sûr il est bon ton de dire que la seule période valable de Genesis est la période Peter Gabriel. Eh bien si on le dit c’est que c'est vrai, on dit pas que des conneries non plus ! C’est donc dans les 5 albums représentés ici en 9 morceaux qu’il faut chercher le rock progressif, c'est-à-dire une folie des seventies, peut-être un peu difficile à appréhender aujourd’hui, mais qui a apporté une nouvelle dimension au rock. Des morceaux comme « Counting Out Time » et « Carpet Crawlers » issus de l’album ultime qu’est Lamb Lies Down on Broadway sont d’une rare subtilité, tout comme les 11 minutes de « The Cinema Show », très belle envolée lyrique. Et puis il reste ce monument inégalé de rock baroque : « Supper’s Ready », 23 minutes, long morceaux tout fait de cassures et d’émotion (cette si belle voix de Peter Gabriel entonnant « Hey babe ») admirablement maîtrisées par un vrai groupe.

L’intérêt de cette chronique n’est donc pas en soi de parler de ce best of attire-pigeon (quelque soit le métal dans lequel il est fait, au fait y'a quoi après le platine?!?), mais d’essayer d'intéresser les novices à une période pas forcément évidente, mais tellement plus intéressante, de ce qui fut un des plus grand groupe de rock progressif de tous les temps. Economisez même sur ce douteux produit pour investir sur les premiers albums, de Nursery Crime à Lamb Lies Down on Broadway c’est que du bon, avec mention particulière à ce dernier et à Foxtrot.

- le sto, le 7 01 2005

Réactions

par Matt, le 18/10/2006
Que de querelles dites-moi !

Je suis completement d'accord avec Sto pour dire que le "Mama Album" et surtout "Invisible Touch" sonnent carrément 80's (batteries electroniques, premieres boites a rythme desuetes aujourd'hui...), et qu'ils ont beaucoup plus mal vieilli que "The Lamb".

Pour ce qui est du virage pop de Genesis a partir de "And when there were 3", il suffit d'écouter "Sledgehammer", "Solusbury Hill" ou "Don't give up" pour se rendre compte que PG avait egalement envie d'arreter le rock progressif et tous les delires qu'on adore et qui vont avec pour se tourner vers une musique beaucoup plus commerciale.

Les initiateurs du rock prog ne sont surement pas Genesis, ils ont toujours ete des suiveurs. Leur premier album (avant Trespass) sonne beaucoup plus Beatles que Yes. Gabriel et Collins ont toujours cherché la célébrité, et ne s'en sont jamais caché. Genesis a fait Trespass pour aller vers la musique du moment qui marchait, ce qui n'enleve rien a cette periode 70-75 qui pour moi est de loin la meilleure du groupe et que j'adore. King Crimson etait la bien avant, VDG Generator aussi.

Tout ça pour dire que cette gueguerre Collins-Gabriel n'a pas trop de sens a mon gout, on compare la deux epoques differentes, et on ne sait pas ce que serait devenu Genesis avec Gabriel.
par Le Sto, le 17/01/2006
Mal vieilli signifie, pour moi, qu'il sonne comme daté et ne supporte pas bien les années, tel un vin moyen. A contrario, bien vieilli signifie qu'on peut écouter ce disque (même s'il a 40 ans) encore aujourd'hui et le trouver actuel, innovant et parfaitement écoutable.

Je veux dire que si tu écoutes p.ex Neil Young "On the Beach" et que tu enchaînes avec Neil Young "Landing on Water", tu comprendras vite la notion de bien et mal vieilli.

De dire que ce qu'on fait les Beatles n'a plus grand chose à voir avec ce qui se fait aujourd'hui est absolument faux, un disque comme "Abbey Road" est très actuel pour moi et parfaitement adapté à des musiques actuelles.

Et pour finir sur Genesis (vu que c'est un peu notre sujet), "Lamb Lies" pourrait passer comme actuel (car intemporel) à la radio aujourd'hui, alors que "Invisible Touch" sonne définitivement 80's.

Quant à ton dernier paragraphe : je ne cherche absolument pas à être juste, comment pourrais-je en avoir la prétention? Une chronique est de toute façons subjective.
Dire que je ne me suis jamais intéressé à Phil Collins est une erreur.
Comparer Phil et Peter est logique, comme de comparer Bush à Clinton (j'aurais pu trouver mieux comme exemple, j'en conviens...).

Salutations habituelles
par White shadow, le 12/01/2006
"Mal vieilli", je ne suis pas d'accord, je ne sais pas ce que ça veut dire. Ces albums ont été écrits dans une période spécifique de l'histoire de la musique, et je crois qu'il n'est pas de si bon ton de toujours faire la comparaison avec l'actualité. D'autant plus que les albums que tu préfères se situent bien avant chronologiquement.

Un peu comme la personne qui est fan des Beatles, et qui trouve que tel ou tel album de tel ou tel groupe à "mal vieilli", alors que le groupe qu'elle affectionne (les Beatles donc) n'a plus grand chose à voir avec ce qui se fait aujourd'hui.

Mais c'est un avis personnel.

Et tu as aussi le tien, même si rien que sur ce point (ce que j'ai écris plus haut) je te trouve assez injuste, comme je trouvent injuste tous ceux qui pourrissent Phil, ou le Genesis d'après 75, sans même avoir tenté de s'y intéresser, de toujours comparer Phil et Peter...

Cordialement

par Le Sto, le 12/01/2006
Eh bien eh bien, Phil Collins fait couler beaucoup d'encre électronique me semble-t-il. J'ai été grand fan de Phil quand j'avais 15-20 ans (non, ca n'a rien de péjoratif) et j'ai commencé à connaître le groupe avec We Can't Dance qui n'a pas quitté ma platine durant de nombreuses années. Je ne suis donc pas anti-Phil par principe, je connais mon affaire et ayant découvert Genesis 70's ensuite, je sais de quoi je parle.
Quand je suis arrivé à Foxtrot et Lamb Lies Down (qui ne s'apprivoisent pas facilement), je me suis rendu compte que ce n'était pas le même groupe et que j'avais choisi ma période de prédilection.

Vous préférez la période Phil Collins, je préfère la période Peter Gabriel. Vous aimez ce son 80's, moi pas. Phil et les deux autres ont fait ca de concert, je n'en doute pas, qu'ils soient sincères ne suffit pas à faire un bon disque!

Refaire Supper's Ready est inutile certes, peut-être n'était-ce plus possible tout simplement : Phil Collins a une approche plus pop-hit de la musique qui s'est gentiment intégré dans le groupe dès "And Then There Were Three" (là se situe le virage). Mais je ne défend pas pour autant PGabriel qui a utilisé le même schéma pop par la suite (Us). Le changement de Phil ne me plait pas, mais Tony Banks et Mike Rutheford sont tout autant dans l'affaire. On parle de Phil car c'est le frontman et le plus emblèmatique !

Maintenant ajouter que Pink Floyd est tout aussi bon sans Waters qu'avec est, à mon avis, de la pure mauvaise foi. J'aime bcp Gilmour et les deux derniers albums sont agréables, mais franchement on est loin de la créativité (un peu maladive j'en conviens) de Waters.

Mais ce parralèle illustre bien nos différences, Genesis ou Floyd, Phil-Gilmour vs. Gabriel-Waters, j'ai fais mon choix, vous le vôtre. Rien de grave là-dedans.

Genesis 80's (inclut We Can't Dance), je persiste à dire que ça a mal vieilli (instruments ET compositions), alors que 70's (en gros) s'écoute toujours avec intérêt. On fait moins vite le tour.

Pour White Shadow, je parle de "la terrible période avec Phil Collins aux vocales", je cite donc une période du GROUPE, TB et MR ne sont pas exclus. Je vais préciser donc "la terrible période dès "And Then...".

Je ne tire donc pas que sur Phil Collins...

Tout autant cordialement
par White shadow, le 12/01/2006
Un des meilleurs best-of que j'aie pu entendre. Il vaut le coup rien que pour les remixes ("Turn it on again" pour ne citer qu'elle) de Nick Davis.

On attend avec plus d'impatience les réeditions SACD remasterisées...

En ce qui concerne votre article, je suis de la même veine que francky, et un grand défenseur et fan de Phil Collins (ma période préférée est la 75-93 d'ailleurs), bien plus que de Peter Gabriel que j'adore aussi.

"Bref, passons..." dites-vous pour le premier CD de ce best-of. Je pense qu'il faut en faire de même avec votre article. Je me suis enflammé nombre de fois, mais au final je ne fais que rentrer dans un mauvais jeu. Un sentiment anti-Collins s'élevait en 75 et est toujours d'actualité, bien que bien plus fort qu'avant, et je (et je ne suis pas le seul) ne fais qu'espérer que cela cesse.

White shadow
par Franck, le 12/01/2006
A l'attention de "le sto" (?)

Bonjour,
Si au lieu de balancer une critique aussi agressive que vaine envers Phil Collins (au sein de Genesis), vous veniez nous dire sur notre site le pourquoi de vos avis aussi vulgairement de mauvaise foi, sur le best of de Genesis, paru en 2004………au moins on pourrait se confonter en bonne intelligence. Je ne suis pas un FAN sourd et aveugle, et bien des titres récents du groupe m'horripilent, mais force est de reconnaître à Genesis la simplicité, et la volonté de toujours évoluer (pourquoi refaire toujours Supper's ready, aucun intérêt).

Je n'aime pas tout de Genesis, mais je peux toucher du doigt leur authenticté, leur honnêteté quand je réalise l'ensemble de leur oeuvre.

Dire que Genesis a été génial seulement avec Peter Gabriel est aussi ridicule que dire que Roger Waters est indispensable à Pink Floyd…Genesis n'a jamais été le groupe de Peter, pas plus que celui de Phil, si un tournant pop a été effectué au début des années 80, ce fut avec l'accord des trois, et même avec l'envie des trois, pas de prise de pouvoir de Phil, c'est faux, c'est simplement son influence qui a grandi au sein du groupe à partir du moment où sa carrière solo a décollé, ainsi que sa confiance en lui (avec le génial Face value, ne vous en déplaise, c'est un chef d'oeuvre). Genesis est plus le groupe de Tony Banks, tant son influence a toujours été présente (proéminente entre 75 et 78). Voilà la vérité, que même Phil avouait en interview, ce qui représente le plus Genesis pour lui, le son de Tony, disait-il...il ajoutait même, que c'est une pitié que la carrière solo du trés discret Tony ne soit mieux reconnue...

Bienvenu sur notre forum si vous avez le couarge de venir y confronter vos avis.
Cordialement.

Franck
36 ans
graphiste
Montrouge, France