Archive > Controlling Crowds

Controlling Crowds
4.2009
Notation
Rock   Electro Rock   Prog Rock

On les avait laissés sur une pente méchamment glissante il y a trois ans avec Lights qui instaurait le départ définitif de Craig Walker et l’alternance des voix. Dorénavant Archive est considéré comme un collectif dont la tête pensante sont Darius Keeler et Danny Griffiths et les voix Dave Pen, Maria Q, Pollar Berrier et le retour du rappeur de Londinium : Rosko John. Et attention, Controlling Crowds est un album concept en trois parties évoquant vaguement le contrôle des foules que nous sommes par une sorte de Big Brother, le tout sur près de 80 minutes (une quatrième partie serait à l’étude à ce qui se dit…)

Cet album s’inscrit bien dans la continuité de leur œuvre et si sa renommée se fait de plus en plus grande dans nos contrées, on remarque que l’ennui provoqué par ce disque suit la même courbe. Le groupe a son rythme de croisière, balance ses titres synthétiques qui suivent tous un schéma déjà étrenné depuis plus d’une décennie mais avec des claviers qui se font de plus en plus ambiant, des chanteurs qui se font de plus en plus patauds, des compos qui tournent de plus en plus dans le vide. Aucune surprise ne se dégage à l’écoute de Controlling Crowds, tout à déjà été rabâché et le groupe se rapproche d’une sorte de dinosaure au beau milieu d’influences à la Kraftwerk, Vangelis, Enigma, Massive Attack, Unkle ou Supertramp.

Avec ce disque, Archive s'éloigne qualitativement du statut de nouveaux Pink Floyd. Certes il y a des claviers vaguement planant, mais si vous tentez l’expérience, mettez Dark Side of the Moon ou Animals sur votre platine et puis après un petit Controlling Crowds de derrière les fagots, comme ça, pour voir… Si vous tenez jusqu’à la fin de ce pensum et y trouvez de gros points communs, alors jetez vos Pink Floyd immédiatement !

Tous les goûts sont dans la nature certes, d’aucuns trouveront ce disque merveilleux, sombre, glauque, innovant, pointu, touchant au sublime, envoûtant, etc. De mon côté, rien ne me convient mieux comme qualificatifs que chiant, pompier, larmoyant et redondant.


- le sto, le 20 05 2009

Ractions

par Rémi, le 24/05/2009
tout à fait d'accord avec toi. Ce disque reçoit des éloges à gauche et à droite, et moi je le trouve chiant, il ne me touche absolument pas...

Multimedia:

This text is replaced by the Flash movie.