Woven Hand







" Je ressens la musique, tout ce que les chansons impliquent, mais je ne peux pas vraiment mettre des mots dessus. Je n'y pense pas vraiment, ça se passe, c'est tout. Je fais beaucoup de choses en même temps sur scène, je dois chanter, jouer différents instruments, et tout ça est suffisant pour m'occuper!"



















"Derrière Mosaic il y a l'idée de rassembler des choses brisées pour former un tout. C'est comme ça que ça a fonctionné pour l'album et les chansons, comme étant des morceaux épars qui assemblés, formaient une unité. Il y a aussi un lien avec les mosaïques de Moïse, les tables de la loi. "





















" Je commence toujours par composer la musique, il est très rare que j'écrive les paroles et la musique en même temps. D'autre part, j'écris sans arrêt des phrases ou des mots que j'ai envie d'utiliser dans un livre, et ensuite je place ces mots dans la musique à la manière d'un puzzle. "
















De passage au Romandie à Lausanne, David Eugene Edwards, leader charismatique de Woven Hand, revient sur l'année écoulée, ses tournées, le processus de création et ses projets en cours. Impressionnés par le personnage, on est surpris par sa simplicité en dehors de la scène. L'homme choisit ses mots avec précaution, réfléchissant parfois quelques instants avant de répondre aux questions.
   
Comment s'est déroulée cette année passée sur la route?
 
D.E.E. : C'est notre quatrième date en Europe, nous étions en Allemagne hier. Avant j'étais à la maison pendant environ 4 semaines, après une tournée en Amérique que j'ai faite seul, avec Serena Maneesh.
   
Voyez-vous des différences entre tourner ici en Europe ou aux states?
   
D.E.E. : Aux Etats-Unis ça nous coûte plus cher et c'est un peu plus difficile vu les distances, mais le public est bon, particulièrement sur la côte Est et la côte Ouest. Mais je passe la plupart de l'année en Europe, je suppose qu'il y a plus de gens qui veulent nous entendre, et il y a de bons publics partout où nous allons, c'est pour ça que nous revenons tout le temps.
   
Il est assez surprenant d'entendre que vous avez plus de succès en Europe qu'aux Etats-Unis, alors que vous venez du Texas, que le Midwest est plus religieux que le vieux continent ou les grandes villes. Comment expliquez-vous cela?
   
D.E.E. : Je ne peux pas (rires). Non, vraiment je ne peux pas expliquer comment ça fonctionne, pourquoi nous réussissons quelque part et pas ailleurs. Je suis sûr qu'il y a énormément de raisons. Je suis heureux à chaque fois que des gens veulent nous entendre.
 
Vous donnez à chaque fois des performances très intenses sur scène. Comment vous sentez-vous après les concerts?
   
D.E.E. : En fait, à la fin des concerts j'ai juste envie d'aller au lit, mais la nuit n'est pas terminée, il nous faut encore ranger notre matériel dans le bus. J'écoute de la musique, j'essaye de me relaxer, mais en général je suis tellement vidé que je vais dormir.
   
Et comment vous sentez-vous pendant les concerts?
   
D.E.E. : Je ne sais pas vraiment comment je me sens, je ne me focalise pas la dessus. Je ressens la musique, tout ce que les chansons impliquent, mais je ne peux pas vraiment mettre des mots dessus. Je n'y pense pas vraiment, ça se passe, c'est tout. Je fais beaucoup de choses en même temps, je dois chanter, jouer différents instruments, et tout ça est suffisant pour m'occuper! Je fais mon travail, et c'est difficile pour moi, je ne suis pas nécessairement bon à ce que je fais, donc je dois être très attentif. Et en même temps, je vais là où les chansons m'emmènent.
   
Parlons de votre nouvel album. Que signifie son titre, Mosaic?
   
D.E.E. : Il signifie plusieurs choses pour moi, c'est ma femme qui a trouvé le titre, j'allais le nommer différemment. Elle fait des mosaïques elle-même, et nous avions déjà essayé d'en faire ensemble. Derrière il y a l'idée de rassembler des choses brisées pour former un tout. C'est comme ça que ça a fonctionné pour l'album et les chansons, comme étant des morceaux épars qui assemblés, formaient une unité. Il y a aussi un lien avec les mosaïques de Moïse, les tables de la loi.
   
J'ai trouvé que Mosaic était plutôt basé sur le folklore européen. Quels sont vos liens avec cette musique?
   
D.E.E. : J'écoute beaucoup de musique médiévale, mais aussi de la musique des Indiens d'Amérique, les musiques traditionnelles du monde entier en général. ça a toujours fait partie de ce que j'écoutais en priorité - de la musique folk de tous genres en fait. C'est un peu d'où je viens, et ce que 16 Horsepower représentait, et j'aime montrer plusieurs facettes de ma personnalité. J'aime particulièrement la musique médiévale, à cause de sa simplicité : des percussions lourdes, des sons constants comme des drones et des mélodies simples.
   
Vous utilisez parfois des instruments antiques sur vos albums, qu'en est-il sur Mosaic?
   
D.E.E. : Je n'en ai pas beaucoup utilisés sur cet album. Il y a passablement de Hurdy Gurdy, plus que sur les disques précédents. Un amis suédois qui a joué quelque temps avec 16 Horsepower m'a prêté un instrument, une sorte de mélange entre un hurdy gurdy et un violon. J'ai aussi utilisé différentes percussions indiennes, une petite harpe russe qui appartient à mon fils.
   
Quel a été le processus créatif derrière cet album?
   
D.E.E. : Nous avions déjà joué certains morceaux en concert, puis nous les avons enregistrées. J'ai travaillé sur les autres à la maison, une ou deux directement dans le studio. J'utilise en général un dictaphone pour m'enregistrer.
   
Quelles sont vos sources d'inspiration?
   
D.E.E. : Je ne sais pas, tout m'inspire. A différents moment, chaque chose m'inspire d'une façon ou d'une autre. Rien que de vivre et de faire face aux événements m'inspire, même si bien sûr les livres et les oeuvres d'art influencent certainement mon humeur et me font écrire de telle ou telle façon.
   
Comment les idées se traduisent-elles en chansons?
   
D.E.E. : Je commence toujours par composer la musique, il est très rare que j'écrive les paroles et la musique en même temps. D'autre part j'écris sans arrêt des phrases ou des mots que j'ai envie d'utiliser dans un livre, et ensuite je place ces mots dans la musique à la manière d'un puzzle.

Souvent, la musique n'est pas le reflet des paroles, je fais souvent exprès de faire en sorte qu'il y ait un décalage. Les paroles sont très importants pour moi, comme toute la musique que j'écoute et qui possède des mots. C'est important pour moi, mais en même temps je n'essaye pas de dire que les paroles sont importantes pour tout le monde ou que vous devriez m'écouter.

   
Pouvez-vous nous parler de Puur, votre nouveau projet avec le groupe de danse Ultima Vez?
   
D.E.E. : En réalité j'ai juste enregistré un peu de musique. C'est un spectacle de danse, mais en même temps c'est un film. J'ai fait de la musique pour Puur et j'ai aussi utilisé la musique d'autres groupes. Certains morceaux sont similaires dans l'esprit à ceux utilisés sur Mosaic, mais je n'ai pas chanté sur ce disque. Le CD est donc une compilation de différents artistes, de différents projets sur lesquels j'ai travaillé, totalement instrumental.
   
Pour le moment, le seul moyen d'obtenir cet album est par mail order à votre maison de disques. Envisagez-vous une distribution plus vaste?
   
D.E.E. : Je ne sais pas du tout, je ne le considère pas comme un album, il appartient à Ultima Vez, je crois qu'ils le vendent lors de le tournées, mais ce n'est pas quelque chose que je pensais sortir sous mon nom.
   
Vous êtes souvent comparés à Sufjan Stevens en terme de foi, que pensez-vous de son travail? Quelle musique écoutez-vous en ce moment?
   
D.E.E. : Je pense que c'est une personne extrêmement créative, sans doute l'un des plus talentueux parmi ceux qui chantent ouvertement leur foi. Il est fantastique. Actuellement, le seul groupe que j'écoute est Suicide. En ce qui concerne les nouveaux groupes, je ne sais même pas...
   
Quels sont vos projets actuels?
   
D.E.E. : Le projet avec Ultima Vez est terminé depuis un moment. Actuellement, nous faisons beaucoup de concerts. J'ai quelques parties de chansons enregistrées sur cassette, mais rien de définitif. Peut-être l'année prochaine sortirons-nous un nouvel album.
   
   
  > Chronique de Mosaic (2006)
  > Chronique de Consider The Birds (2004)
  > Chronique de Blush Music (2003)
   
  Haut de la page 

> Interviews: Woven Hand