Radio Dept. (The) > Pet Grief

Pet Grief
6.2006
Notation
Rock   Pop   New Wave

Par manque de soleil, rien ne vaut un substitut. Certains choisiront le sucré principalement chocolaté, d’autres le reportage TV5 exotique. Personnellement, je recommande The Radio Dept, groupe pop Suédois de circonstances, joyeux certes mais sans niaiserie. Et je souligne : de la pop au sens noble de terme, indépendante et fière de ses appartenances eighties un peu rétro.

Depuis Lesser Matters (voté par NME parmi les 10 meilleurs albums de 2004), les Radio Dept ont eu l’inestimable honneur de figurer à trois reprises sur le listing du dernier Sofia Coppola (Marie Antoinette), la réalisatrice étant parvenue à nouveau à décupler l’impact émotionnel de ses images par sa BO. Et puis ce Pet Grief a suivi, quittant l’univers un peu cloisonné des nappes de guitares noisy pour des tonalités bien plus aérées, aux textures davantage synthétiques. Au risque de surprendre. Entrez donc boîtes à rythmes fatiguées chères à New Order, bienvenue claviers poussiéreux : bien loin d’avoir tout révélé en matière de mélodies douces-amères, ces éléments décalent la perspective du groupe, expliquant peut-être le scepticisme de certains médias lors de sa sortie.

Et pourtant, c’est sur la durée que Pet Grief se révèle si indispensable. S’y épanouit un sentiment mélangé de nostalgie et de mélancolie, comme un cliché écorné par le soleil d’une adolescence emplie d’espoirs. Plus adultes pourtant que les rêveries des Beach House, moins rigides que les tubesques Pet Shop Boys, les Radio Dept ont comme eux le don des mélodies faciles et accrocheuses. Surtout, ils réalisent avec ce second jet un grand album d’atmosphères où il fait bon se lover à l’arrivée de l’été.

[Deux titres de l'album en écoute sur leur espace.]


- runeii, le 12 07 2007

Ractions

par Fresee, le 16/07/2007
Avec les Married Monk pour le côté dynamique et ce disque des Radio Dept pour l'electro-pop planante, voici deux rejetons de New Order.