Isis + Aereogramme > In the Fishtank 14

In the Fishtank 14
10.2006
Notation
Rock   Metal   Ambient

Indispensable au paysage musical que le label hollandais Konkurrent et sa série In the Fishtank. Leur idée est simple mais originale : réunir deux artistes lors d’une même séance d’enregistrement, si possible sans préparation, en les laissant jammer à souhait et composer en groupe… Le résultat se situe souvent à mi-chemin du live, de l’improvisation et du studio. Plus intéressant, l’exercice permet souvent à chacun des deux artistes de dépasser leurs limitations, s’autorisant à s’éloigner un peu de leur répertoire (voir la 11ème édition réussie entre Black Heart Procession et Solbakken, ou la réunion intimiste de Low et Dirty Three).

Ô combien réjouissante donc cette 14ème session, qui se proposait d’unir deux formations à la notoriété inégale, chacune surfant fièrement sur le rock à guitares tendues, les écossais d’Aereogramme en cultivant l’aspect luxuriant et raffiné rappelant parfois les Smashing Pumpkins, les Américains d’Isis vénérant les secousses pachydermiques issues de la scène hardcore du haut de leur trône brillement érigé (voir l’impeccable Panopticon).

Les trois titres offrent un panel assez étonnant des possibilités combinées des deux groupes : si «Low Tide» germe sur les possibilités lyriques du chanteur d’Aereogramme et développe une mélancolie toute cotonneuse, le cap change radicalement avec la pièce centrale, «Delial» ou comment Isis nous secoue juste ce qu’il faut de notre torpeur pour nous préparer à un final léthargique de plus de 10 minutes («Stolen»). A la manière du Only Heaven mythique des Young Gods, cette étonnante dernière composition développe des espaces aériens déstructurés lorgnant tantôt vers un shoegazing proche du Pygmalion de Slowdive, tantôt intégrant des tonalités plus ambient (issues de cuivres, de samples et de traitements sonores multipliés).

Supprimant avec assurance les barrières inhérentes aux rocks respectifs des deux formations, cette 14ème session In the Fishtank renoue avec une sensibilité atmosphérique commune assez inattendue et ma fois fort agréable. Preuve évidente que 1+1=3, ou que la somme dépasse bien souvent celle des parties. Exercice réussi haut la main.




- runeii, le 12 10 2006

Ractions

par FriXX, le 30/10/2006
"Stolen" est une véritable joyau qui m'envoie sur Pluton à chaque écoute. Et je me fous de savoir que ce n'est plus une planète!!