Stevens, Sufjan > Seven Swans

Seven Swans
3.2004
Notation
Rock   Folk

Les referendums qui le plébiscitent, les "révélations de l’année", le son des flonflons des webzines reconnus… Sufjan Stevens a tout raflé l’an passé avec Illinois, et étonnamment ce n’est de loin pas son meilleur album.

Comment est-ce possible d’être passé à côté de Seven Swans, ce quatrième album onirique sublime de retenue et d’inventivité ? J’avoue l’avoir manqué alors. Mea Culpa, hommage donc à postériori à ce songwriter qui surprend.

Loin de tout ce tape à l’œil, Seven Swans détone au premier abord par la retenue presque maladive de ses titres : un simple banjo comme entame, puis, délicatement des vocaux, un piano ou une guitare acoustique intimiste. Loin des 20 (!) instruments qu’il jouait dans les albums précédents, Sufjan (entouré ici des Danielson Famile) compose ici un folk rural sans âge voltigeant parfois dans les territoires country ou bluegrass. Un peu comme le Didn’t it rain de Songs : Ohia, mais les portes grandes ouvertes à la lumière du jour.

Pourtant très loin d’un retour aux origines, Sevens Swans est d’une approche totalement moderne, comparable à celle des avant-gardistes que sont Jim O’Rourke ou Tortoise. Les compositions ont quelque chose de déconstruit, de non-conventionnel, lié à l’utilisation des chœurs comme un instrument (les «tralala» de "Sister"). On passe de l’épique ("Seven Swans") aux balades dépouillées ("To be alone with you" ; "Abraham"), le timbre de Sufjan évoquant magnifiquement une fragilité qui reste sereine.

Disque attachant un peu à part, Seven Swans est indispensable à tout amateur de sensations nouvelles, grand bol d’air frais au parfum de liberté.


- runeii, le 29 03 2006

Ractions

par Kiri, le 6/08/2008
Ouaih, magnifique album qui possède une ferveur belle et faussement naïve.

Je suis passé par Michigan avant de découvrir Seven Swans et l'on passe du lyrisme au dépouillement, c'est beau :)

Après un Illinoise tout en lyrisme et excellent, lui-aussi (je ne conpte pas Avalanche et l'album des chants de Nöel), je me réjouis de découvrir où Sufjans va nous amener.
par JP, le 8/05/2006
Ce disque est effectivement très différent de "Illinois". C'est de folk de confessionnal au sens propre du terme, vu que l'album est exclusivement consacré au Christianisme. Loin d'être un sermon, le pari difficile est réussi grâce à l'émotion et la ferveur, universelles, qui se dégagent de cet album par l'intermédiare de ce songwriter talentueux. La chanson titre "Seven Swans" donnera des frissons même au dernier des athées...