X Makeena > Derrière l'oeil

Derrière l'oeil
9.2009
Notation
Electro   Rock   Hip Hop

Le premier titre, instrumental, ne laisse pas présager grand chose, on se dit que voilà encore un des représentants de cette scène post-dub-electro-rock particulièrement vivace en France et réputée principalement pour ses performances scéniques hypnotisantes pour un public de pré et post-ados festivaliers dansant l'index levé sur n'importe quoi de suffisamment bassu pour interagir avec le THC. Mais on se trompe.
Il faut attendre l'entrée en scène des deux MCs pour comprendre qu'on a plutôt affaire ici à une monstruosité improbable, quelque part entre les machineries industrielles les plus frondeuses ayant assimilé l'héritage drum'n'bass et dubstep et un hip-hop plutôt allégorique que strictement abstract. À défaut de s'extasier sur le fond du propos, quelque peu cousu de fil blanc, on soulignera le travail remarquable effectué au niveau de la prosodie de ces textes dystopiques teigneux qui coulent naturellement et dans la plus pure jubilation. D'un bout à l'autre des morceaux, MCs et "machinistes" se renvoient l'ascenseur, variant les tempos et les atmosphères, sans jamais concéder une seconde de stabilité à l'ensemble.
C'est en effet la dynamique grinçante des compositions qui retient l'attention à chaque instant, une forme d'inertie jonglant admirablement avec les influences de toutes évidences variées du groupe. Pour ne rien vous cacher, certains passages m'évoquent la rencontre fortuite (sur une table de dissection, oui) de TTC et de Skinny Puppy... à moins que ce ne soit celle de The Bug et de High Tone, allez savoir. Quoiqu'il en soit, je serais bien en peine d'établir le profil type de l'auditeur à même d'apprécier cet intéressant projet, m'étant moi-même fait prendre au jeu alors que les conditions initiales étaient loin d'être réunies a priori.

- lina b. doll, le 23 11 2009