Radiohead > In Rainbows

In Rainbows
10.2007
Notation
Rock   Electro Rock   Pop

Ce sont donc les énormes Radiohead qui tentent de révolutionner le monde de la musique en faisant un gros doigt aux maisons de disques et en proposant leur nouvel album en téléchargement plus ou moins payant sur internet. Si cela emmerde certes les majors, cela a la même influence sur les disquaires et par la même occasion sur ceux, encore nombreux, qui se trouvent privés du plaisir de l’objet, plaisir bien désuet semble-t-il de nos jours dans ce monde immatériel. Chacun de penser ce qu’il veut et de se ruer ou non sur l’édition collector ou sur la version CD qui paraît deux mois après... Que penser du fait d’espérer vivre du bon vouloir d’un public peut-être un peu volage et dont on n’est pas certain qu’il mettre la main à sa carte de crédit pour de vulgaires mp3 ? Combien d’entre-vous ont déboursé quelques centimes pour se payer les dix titres d’In Rainbows légalement ? A chacun de se positionner, la démarche du groupe a en tous les cas le mérite de questionner notre mode de consommation...

Du coup, sur le moment, on en oublie presque qu’on a un nouvel album d’un des meilleurs groupe du monde sous le coude. Et In Rainbows marque un retour à un certain classicisme. Pas forcément nécessaire de vouloir comparer les titres au passé, nous sommes dans une continuité réussie de la part des Oxfordiens. Il semble qu’ils se soient d’ailleurs enlevés eux-mêmes une pression de toujours devoir innover et qu’ils se sont laissés aller avec plaisir faire des chansons dont ils avaient envie. Comme si l’album solo de Thom Yorke avait permis au groupe de lâcher un peu de lest.

D’entrée, les beats électroniques de « 15 Step » et l’urgence de « Bodysnatcher » font mouche, le groupe en met plein la vue avec des arguments puissants et un Thom aux abois. Mais dès « Nude », le disque va virer dans un autre état, plus sombre et mélancolique, à l’image d’une visite de ville de nuit, confortably numb dans le siège d’une voiture à observer nonchalamment les lumières et les vies des gens. Des chefs-d’œuvre de finesse d’une beauté sourde tels que « All I Need » ou « House of Cards » peuvent laisser pétrifiés. Le lunesque « Weird Fishes/Arpeggi » ou le single aux liaisons imparables qu’est « Jigsaw Falling Into Place» nous amène vers un final hors du temps illustré par le syncopé et faussement simple « Videotape » ; mettant ainsi une dernière touche aérienne à cet opus enivrant.

Il ne faut pas chercher dans In Rainbows le nouvel album de la rupture (terme à la mode). Radiohead explore en douceur une face plus sombre et mélancolique de son répertoire qui semble lui aller comme un gant. Personne ne peut mettre en question la valeur intrinsèque de cet album, quant à la valeur pécuniaire c’est un débat de terrien et il y a longtemps que la musique du groupe a quitté le plancher des vaches. Même si, avec In Rainbows, on a la bizarre impression que Radiohead redevient sensiblement humain, plus proche de nous et de notre monde...


- le sto, le 16 11 2007

Ractions

par chico 01, le 10/09/2008
Pour moi, ce n'est pas le meilleur album de Radiohead. Je préfère l'indépassable et inusable "Kid A" ! Mais de très bon titres comme le sommet "All i need", pic lyrique, planant et atmosphérique ! A écouter à fond la caisse dans sa voiture. On décolle brusquement, emporté par tant de beauté épique. Si c'est vrai, j'ai testé !!!A +
par Mathieu, le 4/06/2008
Passé le buzz internet ridicule, In Rainbows est un album sans inspiration composé de fonds de tiroir. Je pense qu'on peut exiger un peu plus d'un groupe qui a enregistré des disques comme Kid A. Mention spéciale toutefois, pour 15 Steps, vrai bon morceau "radioheadesque".
par France, le 17/11/2007
Une fois de plus, Radiohead a sorti un grand disque, une fois de plus il faut s'y plonger plusieurs fois pour s'en impregner, une fois de plus on plane. J'aime beaucoup pour ma part ce coté plus mélancolique. Merci les gars

Multimedia:

This text is replaced by the Flash movie.